Accueil / Œuvres / Ali-Baba (Busnach & Vanloo / Lecocq)

Imprimer le contenu de la page

Ali-Baba (Busnach & Vanloo / Lecocq)

Date

1887.11.11

Description

Féérie en quatre actes et douze tableaux. Créé à l'Alhambra (Bruxelles). 

Texte

Fort de ses succès parisiens des années 1870, Charles Lecocq – digne successeur d’Offenbach et d’Hervé dans le domaine de l’opérette – tente de s’orienter au cours de la décennie suivante vers l’opéra-comique, sans toutefois rencontrer suffisamment de soutien à Paris pour le faire. C’est à Bruxelles, où la modernité wagnérienne à laquelle il aspire s’épanouit, que son Ali Baba trouve refuge en novembre 1887 : conçue pour marquer les débuts d’une nouvelle direction de l’Alhambra, la mise en scène de l’œuvre est grandiose et permet à l’opéra d’obtenir un succès immédiat. Comme chez Grétry, grand modèle pour Lecocq, l’orientalisme du livret tiré des contes des Mille-et-une nuits – signé Albert Vanloo (proche collaborateur de Lecocq) et William Busnach (né à Alger) – ne connaît pas véritablement d’équivalent dans une partition orchestrée d’un main de maître qui reste au plus près du style français. Si Paris boude son plaisir lors de la reprise de l’œuvre à l’Éden-Théâtre en 1889, Ali Baba fera le tour de l’Europe musicale et doit être considéré comme un succès public. En 1917, dans Sur le plateau : souvenirs d’un librettiste, Albert Vanloo signale en effet : « Ali-Baba se joua cent vingt-deux fois de suite avec les recettes les plus brillantes […]. Depuis, il n’a cessé de se maintenir au répertoire des théâtres importants de province. Il n’y a que Paris qui continue à l’ignorer, mais [Lecocq] semble bien en avoir pris son parti – tout comme moi. »