Accueil / Œuvres / Clairières dans le ciel (Jammes / Boulanger)

Imprimer le contenu de la page

Clairières dans le ciel (Jammes / Boulanger)

Date

1914

Description

1. Elle était descendue – 2. Elle est gravement gaie – 3. Parfois je suis triste – 4. Un poète disait – 5. Au pied de mon lit – 6. Si tout ceci n’est qu’un pauvre rêve – 7. Nous nous aimerons tant – 8. Vous m’avez regardé – 9. Les lilas qui avaient fleuri – 10. Deux ancolies se balançaient sur la colline – 11. Par ce que j’ai souffert – 12. Je garde une médaille d’elle – 13. Demain fera un an

Fondé sur 13 des 24 poèmes du cycle  Tristesses , publié par Francis Jammes (1868-1938) en 1906, le recueil de mélodies pour ténor et piano  Clairières dans le ciel  a été composé en 1913-1914 et publié chez Ricordi en 1919. D’un point de vue poétique, l’ensemble forme une série d’autoportraits d’un poète abandonné par sa jeune bien-aimée – à laquelle Lili Boulanger se serait identifiée, selon plusieurs de ses biographes. Tout au long du recueil, le texte de Jammes fait l’objet d’une mise en musique très élaborée. On notera tout d’abord que le recours à un style déclamatoire confère une grande intelligibilité aux poèmes. Par ailleurs, les sentiments exprimés dans ces textes sont traduits par des changements affectant de multiples paramètres de l’écriture musicale : progressions mélodiques (conjointes dans les moments de sérénité, disjointes dans les moments d’agitation) ; utilisation d’harmonies diatoniques pour la mise en musique des textes les plus lumineux, et modales, chromatiques, voire polymodales pour les autres ; nombreux contrastes rythmiques et métriques. En dépit de cette plasticité de l’écriture musicale mise au service du texte poétique, l’ensemble du recueil est placé sous le signe d’une grande unité, qui provient en particulier du recours à des motifs récurrents, dont le plus perceptible est sans doute le mouvement de seconde majeure descendante, que l’on entend dès les premières mesures de « Elle était descendue ». Le cycle se clôt sur une touche résolument sombre, « Demain fera un an » constituant sans conteste la mélodie la plus mélancolique du recueil.