Accueil / Œuvres / Mârouf (Népoty / Rabaud)

Imprimer le contenu de la page

Mârouf (Népoty / Rabaud)

Date

1914.4.15

Texte

Créé sur la scène de l’Opéra-Comique le 15 mai 1914, Mârouf est un opéra-comique en cinq actes sur un livret de Lucien Népoty, tiré de la traduction française des Mille et Une Nuits de Joseph-Charles Mardrus. Après que sa femme l’a accusé à tort de la battre, Mârouf, simple savetier, fuit le domicile conjugal et se fait passer pour un riche marchand auprès du sultan du Khaitan, qui lui offre sa fille, la belle Saamcheddine, en mariage. Le secret de Mârouf ne tarde toutefois pas à être découvert et celui-ci se sauve à nouveau, accompagné de Saamcheddine qui est tombée amoureuse de son futur époux. Sur leur chemin, les deux amants trouvent un anneau enchanté qui permet à Mârouf de faire appel aux services d’un magicien. Celui-ci lui vient en aide en faisant apparaître une caravane, et le savetier, poursuivi par les hommes de main du sultan, est sauvé in extremis. Le monarque lui accorde la main de sa fille, et l’œuvre s’achève dans la liesse d’un chœur final qui n’est pas sans évoquer le « Tutto nel mondo è burla » de Falstaff. Dans cette œuvre, Rabaud allie à un sens de la forme et du drame typiquement wagnérien la légèreté et les couleurs séduisantes d’un Orient de pacotille, affublé de tous les clichés du temps. Rien n’est vraiment sérieux dans cette œuvre faite pour divertir, loin des tourments viennois ou du vérisme ambiant. Toutefois Rabaud fait montre d’une grande maîtrise des proportions, de l’harmonie – parfois d’un raffinement tout debussyste – et de l’orchestration. Le duo d’amour de Saamcheddine et Mârouf à l’acte III est l’occasion de magnifiques envolées lyriques. Séduit par cette musique d’une grande suavité – une qualité que Rabaud doit sans aucun doute à son maître Massenet –, le public réserva un triomphe à cet opéra qui marqua le plus grand succès du compositeur dans ce genre. À l’issue de sa création parisienne, l’œuvre fut représentée sur les scènes du monde entier. Après des décennies d’oubli, l’opéra a fait l’objet d’une récente redécouverte.