Accueil / Œuvres / Olympie (Dieulafoy & Brifaut / Spontini)

Imprimer le contenu de la page

Olympie (Dieulafoy & Brifaut / Spontini)

Date

1819.12.22

Description

Tragédie lyrique en trois actes, sur un livret de Michel Dieulafoy et Charles Brifaut, d’après Voltaire, créée à l’Opéra de Paris le 22 décembre 1819.

Texte

Il est des œuvres mal accueillies par le public parce qu’elles sont en décalage avec les goûts de leur temps. Ainsi, lorsque le rideau se lève sur Olympie (livret de Michel Dieulafoy et Charles Brifaut d’après la tragédie de Voltaire), le 22 décembre 1819 à l’Opéra de Paris, l’heure de la tragédie lyrique héritée de Gluck a déjà sonné. Caroline Branchu dans le rôle de Statira, Louis Nourrit (père d’Adolphe) dans celui de Cassandre et Henri-Étienne Dérivis qui incarne le traître Antigone ne pèsent pas suffisamment dans la balance, pas plus que les riches décors de Degotti et Ciceri. Comble de malchance, le duc de Berry est assassiné le 13 février 1820 à l’entrée de l’Académie royale de musique, ce qui conduit à la fermeture du théâtre. On hésite ensuite à reprendre une partition qui traite de régicide… La carrière d’Olympie se poursuit donc – et avec succès – à Berlin en 1821 : le livret, traduit en allemand par E.T.A. Hoffmann, est modifié de façon à ménager une fin heureuse. Le 27 février 1826, cette version optimiste est présentée en français à Paris. À cette date, le grand opéra romantique est en train de sortir de sa gangue, éclosion à laquelle participe Spontini malgré lui (il préfèrera toujours la tragédie lyrique) : conflit entre les passions individuelles et le mouvement collectif, contraste entre la vigueur martiale et la noble tendresse, élaboration de vastes tableaux dans un souci de continuité (de nombreux airs et ensembles s’enchaînent au morceau suivant sans conclure), riche orchestration participant à la dramaturgie, présence d’un ballet. Las ! Olympie tombe au terme de cinq représentations. Berlioz s’en affligera lorsqu’il découvrira cet « ouvrage sublime, en tout point digne de l’auteur de La Vestale ».