Accueil / Œuvres / Orphée aux enfers (Crémieux / Offenbach)

Imprimer le contenu de la page

Orphée aux enfers (Crémieux / Offenbach)

Date

1858.1.21

Description

Opéra bouffon en 2 actes et 4 tableaux créé aux Bouffes-Parisiens. 2e version, en 4 actes et 12 tableaux, créée le 7 février 1874 au théâtre de la Gaîté. 

Texte

Le compositeur désirait écrire une parodie de tragédie grecque antique depuis un moment, mais ses librettistes se sentaient bridés par le privilège pesant sur les Bouffes-Parisiens depuis leur ouverture en 1855. Jusqu’à la création de Mesdames de la Halle, quelques mois avant celle d’Orphée, Offenbach ne pouvait en effet écrire que pour quatre personnages au maximum. Après la levée de cette limitation, Crémieux se remet à l’ouvrage (sans Halévy, de service en Algérie). Le compositeur s’investit également dans l’écriture du livret, ainsi que dans la confection des décors. Il en résulte une œuvre à grand spectacle, qui constitue le premier sommet de la production lyrique d’Offenbach. Professeur de violon à Thèbes, Orphée fait la cour à de nombreuses nymphes et entretient des relations délétères avec son épouse Eurydice, qui projette de le tromper avec le berger Aristée. Celui-ci n’est autre, en fait, que Pluton, dieu des enfers. À la grande satisfaction d’Orphée, Eurydice meurt. Toutefois l’opinion publique enjoint le héros de sauver Eurydice du royaume des morts. À travers cette parodie du mythe d’Orphée, Offenbach offre une critique morale de la société de son temps, dont il dénonce l’hypocrisie et la quête de plaisir à tout prix. Le compositeur trouve ici sa manière qui fera aussi le triomphe de La Belle HélèneLa Vie parisienne ou La Périchole : un équilibre savant entre théâtre et musique ainsi qu’une combinaison de sérieux et de trivialité. Popularisée par son « Galop infernal », devenu le thème principal du French cancanOrphée est l’une des pièces maîtresses du répertoire lyrique français.