Accueil / Œuvres / Trio pour violon, violoncelle et piano n° 1 en ut mineur (Théodore Dubois)

Imprimer le contenu de la page

Trio pour violon, violoncelle et piano n° 1 en ut mineur (Théodore Dubois)

Date

1904

Description

Mouvement modéré – Assez lent, très expressif – Vif et très léger – Très large et très soutenu

Texte

D’architecture solide et subtilement cyclique, riche en matière musicale, le Premier Trio avec piano de Dubois, composé en 1904, fut accueilli avec enthousiasme lors de sa création. Au piano se trouvait son dédicataire, Camille Saint-Saëns. Fort réussi, son premier épisode est lyrique, presque fiévreux, doté en particulier d’un premier thème bien dessiné. Remarquons que son début réapparaîtra sous la plume de Gabriel Fauré en 1918. Hasard, réminiscence inconsciente, menu larcin ? Le thème de sa pièce pour harpe seule Une châtelaine en sa tour débutera bel et bien par ce même motif, basse descendante comprise. Le second thème de Dubois est un noble choral présenté d’abord au piano. À la réexposition, un court fugato fait transition entre les deux thèmes. Le deuxième mouvement est de forme tripartite (ABA), même si un matériau diversifié en complexifie la structure. Le « Vif et très léger » repose sur un thème espiègle et sautillant caractéristique de Dubois, entouré de divers épisodes, dont l’un mystérieux avec des trilles, et l’autre faisant chanter les cordes en duo. Enfin, le « Très large et très soutenu » fait entendre une introduction lente reprenant le thème initial du Trio. Après une vigoureuse exposition de fugue, l’écriture polyphonique reprend le dessus et mène à un épisode lyrique. Le sujet de fugue reparaît, diversement présenté. Puis c’est le thème initial du Trio qui se fait de nouveau entendre, à plusieurs reprises. Complexe, la structure en partie cyclique de ce finale est ainsi tressée de plusieurs éléments contrastés. Le Trio se referme sur une dernière allusion au thème qui l’avait ouvert.