Accueil / Documents / Articles de presse / L’Art musical, 3 novembre 1864 [Ivanhoé de Sieg]

Imprimer le contenu de la page

L’Art musical, 3 novembre 1864 [Ivanhoé de Sieg]

LES PRIX DE ROME […]

Le Moniteur nous apprenait, tout dernièrement, que les candidats au concours des prix de Rome qui avaient obtenu ces prix, peintres, sculpteurs, architectes, musiciens, avaient tous été reçus par l’Empereur, et que S. Exc. le maréchal Vaillant avait promis formellement à M. Sieg, le jeune élève d’Ambroise Thomas qui a mérité le grand prix de Rome de composition musicale pour sa belle cantate Ivanhoë (paroles de M. Roussil), qu’il verrait cette œuvre exécutée sur une de nos premières scènes lyriques. Cette fois, au moins, le public tout entier pourra se prononcer sur le talent du lauréat. Et qui sait ? si le succès vient montrer toutes ses aptitudes, les directeurs ne tiendront plus leurs portes obstinément fermées aux jeunes compositeurs, même quand ils sont de grands prix de Rome. Nous ne saurions assez louer la décision de M. le ministre de la Maison de l’Empereur et des Beaux-Arts. Les avantages que cette détermination du maréchal Vaillant offre au lauréat sont plus considérables qu’on ne croit. Il ne faut pas s’y tromper : il n’est pas seulement question d’une simple considération d’amour-propre d’artiste, l’avenir, la carrière du musicien peuvent dépendre en grande partie de cette première épreuve. D’abord, un ouvrage qui a mérité à son auteur le grand prix de Rome, de l’avis d’un jury incontestablement très éclairé et très compétent, se recommande de la manière la plus favorable au public qui assistera à l’audition scénique. En outre, l’élève partira précédé par le peu de renommée – ce qui pour un élève est déjà beaucoup – que lui vaudra cette audition, cette exécution théâtrale. La presse s’occupera de lui ; la critique appréciera son œuvre ; le nom de l’auteur sera répété partout. À son retour, enfin, il ne sera plus un inconnu. Il ne frappera pas comme un étranger à cette porte, qui se sera déjà ouverte une fois devant lui, et qui sera plus prompte à s’ouvrir une seconde fois pour une œuvre plus importante. C’est cette exécution sur une de nos scènes lyriques que l’Art Musical avait demandée en faveur des grands prix de Rome : il l’a obtenue et il s’en félicite sincèrement. 

RALPH

    Personne - 1
  • SIEG, Charles-Victor (1837-1899)
  • Œuvre - 1
  • Ivanhoé (Roussy / Sieg)
  • Thèmes - 2
  • Lieux de musique – Salle Le Peletier
  • Prix de Rome – Concours de composition musicale
  • Livret - 1
  • Ivanhoé (Victor Roussy)