Accueil / Documents / Articles de presse / La France musicale, 7 janvier 1866, p. 5 [réouverture de la salle du Conservatoire]

Imprimer le contenu de la page

La France musicale, 7 janvier 1866, p. 5 [réouverture de la salle du Conservatoire]

Jeudi dernier, la salle du Conservatoire était pour la première fois ouverte au public, depuis sa nouvelle et brillante restauration. Le programme annonçait une ouverture de M. Dubois, grand prix de Rome de 1861 ; une comédie de Pigault-Lebrun : les Rivaux d’eux-mêmes et la cantate couronnée cette année par le jury : Renaud dans les jardins d’Armide, paroles de M. Camille du Locle, musique de M. Lenepveu. L’ouverture est encore plus à louer que la cantate. Nous n’avons pu découvrir dans cette œuvre, qui a bien les dimensions d’un demi-acte de grand opéra, la moindre trace d’une mélodie quelconque. Il y a dans tout cela une prétention infinie, une recherche inutile qui n’aboutit à rien. Nous sommes parfaitement convaincu que le prix a été équitablement donné, mais nous frémissons en pensant à a nullité des autres concurrents, eu égard à la faiblesse de celui-ci. Comme exécution, cette cantate a été fort bien interprétée par MlleRoze, MM. Capoul et Petit. M. Georges Hainl conduisait l’orchestre, composé d’une partie des artistes de l’Opéra. L’auditoire était nombreux et composé de ce public d’élite qui ne manque jamais aux solennités artistiques de l’Institut ou du Conservatoire. Dans la loge ministérielle, nous avons remarqué S.E. le maréchal Vaillant, ministre de la maison de l’Empereur et des beaux-arts ; M. le comte de Nieuwerkerke, surintendant des beaux-arts ; M. Camille Doucet, directeur des théâtres, M. Auber, M. Ambroise Thomas, M. Gautier ; M. de Beauchême, secrétaire du Conservatoire, et dans la salle, toutes les notabilités de l’art et de la presse. 

D.S.

    Personne - 1
  • LENEPVEU, Charles (1840-1932)
  • Thèmes - 2
  • Le prix de Rome
  • Lieux de musique – salle du Conservatoire