Accueil / Documents / Articles de presse / Le Ménestrel, 24 février 1867 [Dalila de Pessard]

Imprimer le contenu de la page

Le Ménestrel, 24 février 1867 [Dalila de Pessard]

La cantate de M. Hector [sic] Pessard, lauréat du dernier concours de composition musicale, a été enfin, après bien des délais, exécutée à l’OPÉRA-COMIQUE. Dalila est une cantate d’opéra, et d’opéra sérieux ; elle eût été mieux dans son cadre à l’Académie Impériale de Musique. On avait fait venir deux artistes de l’Opéra, le baryton Caron, la basse Ponsard, et pour le rôle principal, qui, d’origine, devait être chanté par Mme Marie Sass, on avait choisi Mlle Eléonore Peyret, premier prix d’opéra au Conservatoire, et récemment applaudie aux Fantaisies-Parisiennes dans une scène expressément composé pour elle. La musique de M. Hector Pessard est volontiers mélodique, souvent brillante et sagement faite. Quelques auditeurs ont pu la trouver très-apocalyptique vers la fin du duo de Samson et Dalila : c’est que les jeunes artistes et l’orchestre n’allaient plus en mesure. Une ou deux répétitions de plus n’auraient pas nui. La première partie de ce duo nous avait paru remarquable. Le premier air de Samson quoiqu’un peu trop madrigalesque pour le personnage, a de charmantes qualités : Caron l’a dit à merveille. C’est à l’Opéra-Comique que nous voudrions voir cet artiste : au Grand Opéra il force ses moyens. La basse Ponsard a bien fait sa partie. Mlle Peyret retient et serre la voix ; du reste elle l’a bien liée, d’un beau timbre, et promet d’avoir de l’âme. La représentation était donnée au bénéfice de la Caisse de secours des musiciens. 

    Personne - 1
  • PESSARD, Émile (1843-1917)
  • Œuvre - 1
  • Dalila (Vierne / Pessard)
  • Thèmes - 2
  • Lieux de musique – Salle Favart
  • Prix de Rome – Concours de composition musicale
  • Livret - 1
  • Dalila (Vierne)