Accueil / Documents / Articles de presse / Le Ménestrel, 27 novembre 1864 [Ivanhoé de Sieg]

Imprimer le contenu de la page

Le Ménestrel, 27 novembre 1864 [Ivanhoé de Sieg]

D’après les ordres de l’Empereur, la cantate qui, au dernier concours de composition musicale a obtenu le grand prix de Rome, a été exécutée vendredi 18, à l’Opéra, en présence d’un nombreux auditoire où l’on remarquait M. le ministre de la Maison de l’Empereur et des Beaux-Arts, M. le comte de Nieuwerkerke, M. Auber, M. Camille Doucet, les membres de la Section de musique de l’Institut, les membres du jury du concours. Le sujet de la cantate est tiré d’un épisode du roman d’Ivanhoé, de Walter Scott, et l’œuvre couronnée est de M. Victor Sieg. Après la représentation du Comte Ory, Mlle de Taisy, flanquée de deux chanteurs en habit de ville, dont nous ignorons les noms, a pris place au milieu de la scène, et l’exécution a commencé. On a paru généralement satisfait de l’introduction instrumentale en mineur, qui est d’un caractère religieux et solennel. L’intérêt musical a faibli insensiblement dans les scènes vocales suivantes, mais il s’est réveillé au couplet de Rebecca : À travers ces vitraux. Il y a là un bel effet dramatique : une pédale obstinée, la, résonne aux cuivres, tandis qu’un trait rapide des violons traverse un rythme agité de l’orchestre. C’est là, si je ne me trompe, l’endroit le plus saillant de l’ouvrage. Sauf une réminiscence très vulgaire sur les paroles d’Ivanhoé : C’en est fait ! point de grâce ! il n’y a pas de banalité dans le style du jeune lauréat ; mais la mélodie n’abonde pas non plus. L’instrumentation est à la fois travaillée et inexpérimentée. Au total, cette cantate est une bonne recommandation pour le nom de M. Sieg. […]  

J. D’O.

    Personne - 1
  • SIEG, Charles-Victor (1837-1899)
  • Œuvre - 1
  • Ivanhoé (Roussy / Sieg)
  • Thèmes - 2
  • Lieux de musique – Salle Le Peletier
  • Prix de Rome – Concours de composition musicale
  • Livret - 1
  • Ivanhoé (Victor Roussy)