Accueil / Documents / Articles de presse / Revue et Gazette musicale de Paris, 15 octobre 1854 [séance publique de l’Institut]

Imprimer le contenu de la page

Revue et Gazette musicale de Paris, 15 octobre 1854 [séance publique de l’Institut]

Académie des beaux-arts. Séance annuelle. Distribution des prix. […].

Suivant le programme solennel, la séance débutait par une ouverture de la composition d’un ancien lauréat, et se terminait par l’exécution de la cantate du lauréat de la présente année. L’ancien lauréat, c’est M. Charlot, élève de MM. Carafa et Zimmerman, qui a remporté le premier prix en 1850. Ce jeune homme était allé chercher des inspirations en Italie ; mais il y trouva d’abord ce qu’il ne s’attendait guère à y rencontrer, de longues et cruelles souffrances qui épuisaient ses forces, et dont il ne pu se délivrer qu’en revenant dans sa patrie. Son ouverture est l’œuvre d’un convalescent : la mélodie en est douce et belle, mais vague et languissante. Encore un peu d’air natal, et M. Charlot retrouvera sa vigueur première. La cantate couronnée est de M. Barthe, élève de M. Leborne. L’histoire de Francesca de Rimini et les vers du Dante en ont inspiré le texte poétique à M. Émile Bounaure. Francesca et Paolo lisent ensemble le roman célèbre : Lanciotto les surprend et les tue. C’est assez simple d’invention, mais la musique n’en demande pas davantage. La scène de la lecture en commun, quittée par Francesca, reprise par Paolo, pouvait servir le compositeur. M. Barthe n’en a rien tiré de bien saillant. Sa cantate ressemble à presque toutes les cantates que l’on couronne à l’Institut : c’est un bon travail, et voilà tout. L’ensemble du trio sur ces paroles :

Leur front, qui pâlit,
Trahit leur souffrance !

nous a paru ce qu’il y avait de plus animé, de plus mélodique dans toute sa composition. Mlle Lefebvre, de l’Opéra-Comique, Boulo et Bonnehée, de l’Opéra, ont rendu l’œuvre du jeune musicien avec toute la voix et tout le talent que leur permettait de déployer le local ingrat dans lequel s’exécutent les cantates. Il est malheureusement trop certain qu’en faisant construire le collège des Quatre-Nations, le cardinal Mazarin ne songeait guère à la musique, pas plus qu’aux académies.

    Personnes - 2
  • BARTHE, Adrien (1828-1898)
  • CHARLOT, Joseph-Auguste (1827-1871)
  • Thème - 1
  • Prix de Rome – Concours de composition musicale
  • Livret - 1
  • Francesca de Rimini (Émile Bounaure)