Accueil / Documents / Articles de presse / Revue et Gazette musicale de Paris, 5 janvier 1879 [Madame Favart d’Offenbach]

Imprimer le contenu de la page

Revue et Gazette musicale de Paris, 5 janvier 1879 [Madame Favart d’Offenbach]

THÉÂTRE DES FOLIES-DRAMATIQUES

Madame Favart, opéra comique en trois actes, paroles de MM. Duru et Chivot, musique de M. J. Offenbach. — Première représentation, samedi 28 décembre 1878.

Pour qui voit marcher les choses de la musique, il y a des modes que le public et les auteurs suivent d’une manière inconsciente. Nous sommes, pour l’opérette, en plein dix-huitième siècle : la musique marche en talons rouges, ses valses se changent en menuets, tout sent autour d’elle la poudre à la maréchale. Hier, c’était la Camargo qui entrait en scène, et avec quel succès ! Aujourd’hui, c’est Mme Favart, cette Déjazet du passé, qui vient débiter ses charmants couplets. Il n’y a eu aucune entente, et cependant les auteurs se rencontrent sur le même terrain : le dix-huitième siècle est en vogue avec ses ballerines et ses chanteuses, ses seigneurs et ses abbés ; va pour le dix-huitième siècle, si coquet, si élégant, si musical.

On connaît le roman de Maurice de Saxe et de Mme Favart ; il sert de thème à la nouvelle pièce de MM. Duru et Chivot. La chanteuse a fui l’amour du grand homme pour rester fidèle au pauvre Favart. Celui-ci se cache avec soin ; mais l’amour, qui a séparé les deux époux, les rassemble juste à temps pour leur permettre de faciliter le mariage d’Hector de Beaupréaux

avec Suzanne. Les deux jeunes gens s’aiment : toutefois, le mariage n’aura lieu que si Hector est nommé lieutenant de police à Douai. Mme Favart se mêle de la chose, et naturellement

enlève la place auprès d’un vieux céladon, le marquis de Pontsablé ; mais il a fallu qu’elle se fît passer pour la femme du solliciteur.

Ici commence l’imbroglio : Favart et sa femme se sont cachés dans la maison même d’Hector, et la comédienne se fait passer pour la servante du lieutenant de police ; Pontsablé

vient rendre visite à son protégé, il prend Suzanne pour Mme Favart qu’il est chargé d’arrêter et l’envoie tout net au camp du maréchal.

Là, Suzanne est bien embarrassée. Pour fêter la victoire, Maurice de Saxe a déclaré que la Chercheuse d’esprit serait jouée le soir même au théâtre du camp, devant le roi, et que le rôle de Nicette serait tenu par Mme Favart. Comment faire ? La comédienne elle-même est le Deus ex machina ; venue au camp sous un déguisement pour chercher son mari arrêté avec Suzanne, elle joue son rôle, son succès est immense, elle obtient du roi sa grâce et celle de son mari, plus le renvoi de Pontsablé ; chacun reprend sa femme et s’en va satisfait.

M. Offenbach aime ces sujets coquets et légers où il peut donner libre carrière à son esprit et à la verve de son improvisation. Il se plaît à dessiner un rondeau à l’antique, à mouler les rhythmes d’une gavotte habilement pastichée. Le principal personnage, Mme Favart, l’autorisait à jeter à pleines mains des mots dans sa musique sous forme de couplets ; il a usé de la permission, et sa nouvelle partition est, avec la Jolie Parfumeuse, un des meilleurs opéras comiques de sa nouvelle manière.

L’ouverture a la couleur archaïque voulue, avec sa gavotte élégamment variée pour flûte et hautbois. Le premier acte compte surtout des couplets. La chanson de la vielleuse est adroitement tournée ; les couplets de Mme Favart, « Prenant mon air le plus bénin », sont pleins d’esprit ; la coquette ronde, si bien chantée par Mlle Girard, a été bissée ; elle est entraînante et bien venue. Enfin, les couplets dans lesquels Suzanne supplie son père de lui laisser épouser Hector, ont une certaine teinte délicate et tendre des plus agréables ; on les a bissés aussi. Parmi les morceaux d’ensemble de cet acte, citons un gracieux trio-valse, le chœur des soldats ivres, le trio-rondeau du final.

Ce sont les couplets des Échaudés qui ont fait le succès du second acte ; ils sont du meilleur Offenbach, mélodiques, spirituels, avec leur gai refrain terminant finement l’épigramme. Le public les a redemandés trois fois, et pour un peu il les redemandait encore. Le trio de la Sonnette est bien en scène et les reprises des chœurs sur le tintement des sonnettes sont des plus heureuses. On a vivement applaudi le rondeau de la douairière ; c’est un rondeau à l’antique comme Offenbach sait les tourner. J’aime moins le final, qui est diffus et long.

Le troisième acte se passe au camp, le lendemain de Fontenoy. Il fallait des chœurs de soldats ; Offenbach ne les a pas manqués, et fifres, tambours et trompettes, résonnent à l’envi dans l’introduction de cet acte. Lepers a fait bisser la romance de Favart : « Dans son carosse » ; mais le grand succès de cet acte et de la pièce a été pour le duo avec chœur : « Tyroliens de naissance ». Naturellement, c’est une tyrolienne ; mais le rhythme, l’arrangement des voix, le retour du laitou traditionnel, tout cela est fait avec une grâce et une adresse charmante : qu’on me passe le mot, c’est un morceau fait de chic. Au point de vue purement musical, je lui préférerais peut-être le très-spirituel rondeau : « J’entrai sous la tente royale ». Tout le morceau se développe sur un fragment de gamme imitant le rire du roi et des courtisans, il est fort habilement fait, et de la meilleure manière d’Offenbach. L’immense succès de la tyrolienne a seul empêché le rondeau d’être accueilli comme il le méritait.

Mme Favart nous est apparue sous les traits de Mlle Girard. Elle est tout simplement charmante, cette petite, comme dirait le marquis de Pontsablé ; elle a de l’esprit jusqu’au bout des ongles, elle dit le chant avec tant de finesse qu’elle a l’air de chanter. Son succès a été grand et mérité. Mlle Gélabert, elle aussi, a de la grâce et de l’esprit ; ses couplets ont été vivement applaudis, c’est une très-agréable ingénue. C’est M. Lepers, un transfuge du Théâtre-Lyrique, qui joue le personnage de Favart ; il a de la rondeur, de la gaieté, et a donné beaucoup de relief à toute la partie musicale de son rôle. Les couplets des Échaudés ont été pour lui l’occasion d’un véritable triomphe. Maugé a fait du personnage de Pontsablé un type de gâteux assez amusant. Simon Max (Hector) était fort enroué, et Luco est amusant.

Bref, pièce, musique, acteurs ont réussi, et nous n’avons plus qu’à souhaiter que le théâtre Angot devienne le théâtre Favart.

H. Lavoix fils.