Accueil / Documents / Livrets / Andromaque (Louis-Guillaume Pitra)

Imprimer le contenu de la page

Andromaque (Louis-Guillaume Pitra)

Date

1780

Description

Tragédie lyrique en 3 actes d'après Racine, créée à l'Académie royale de musique le 6 juin 1780.

Synopsis

L’Andromaque de Racine compte parmi les plus noires tragédies de l’auteur : elle met en scène une impossible chaîne de sentiments contrariés. Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui s’est jurée de rester fidèle à son époux décédé Hector, et de protéger leur enfant Astyanax. Pitra et Grétry ont conservé ce schéma à la fois simple socialement et complexe psychologiquement.

Acte I

Le théâtre représente un vaste salon du palais de Pyrrhus.

Les suivantes d’Hermione tentent de la convaincre que Pyrrhus, qu’elle aime, cèdera bientôt à ses charmes. Oreste (amant rebuté d’Hermione) et les peuples grecs viennent demander à Pyrrhus qu’on leur livre Astyanax, le fils d’Hector et d’Andromaque, pour que sa mort expie les meurtres de son père. Mais Pyrrhus, amoureux d’Andromaque qui est sa captive, refuse et choisit de protéger et la mère et l’enfant. Pourtant, Andromaque refuse ses avances, jurant de rester fidèle au souvenir d’Hector. Pyrrhus excédé promet de se venger sur son fils : il se retourne vers Hermione pour la plus grande satisfaction de cette dernière et le désespoir d’Oreste.

Acte II

Le théâtre représente la mer et les vaisseaux des ambassadeurs grecs.

Les Grecs tentent de calmer la fureur d’Oreste. Celui-ci veut enlever Hermione et l’arracher malgré elle aux bras de Pyrrhus. Hermione sur vient, songeant avec délice à ses noces prochaines. Elle croise Andromaque qui la supplie de prendre pitié d’elle et de son fils, mais l’ignore et se retire. Andromaque sait qu’en s’offrant à Pyrrhus, elle sauverait les jours de son fils, mais elle ne peut s’y résoudre et évoque le souvenir de son époux pour fortifier son courage. Pyrrhus vient livrer Astyanax aux Grecs. Andromaque et ses suivantes le supplient de changer d’avis. Gagné par la compassion, il décide généreusement d’épargner l’enfant. Il gagne ainsi l’attachement d’Andromaque qui consent à l’épouser pour sauver son fils, mais prévoit de se suicider après la cérémonie afin de rester fidèle à la mémoire d’Hector. Hermione arrive avec le cortège de ses propres noces et se voit rejetée par Pyrrhus. Au comble de la rage, elle convoque Oreste et imagine un chantage affreux : s’il veut l’épouser, il devra tuer Pyrrhus. Horrifié, Oreste proteste mais se résout pourtant par amour à accomplir cet acte ignoble.

Acte III

Le théâtre représente un site triste planté de cyprès et autres arbres funèbres. À l’avant-scène se détache le tombeau d’Hector.

Andromaque se recueille une dernière fois sur la tombe de son époux avant de s’unir à Pyrrhus. Tandis qu’Andromaque se prépare à ses noces, Hermione – prise de folie – attend la mort prochaine de celui qu’elle déteste désormais. Au milieu des réjouissances, Oreste paraît suivi de Grecs les armes à la main : alors que Pyrrhus reconnaît Astyanax pour le roi des Troyens, un combat s’engage entre les deux partis ; Pyrrhus trouve la mort. Oreste annonce avec fierté à Hermione que son ordre est accompli et attend d’être récompensé. Mais celle-ci, prenant conscience de l’horreur de ses machinations, les désavoue et rejette le crime et le criminel. Elle se précipite sur le corps de Pyrrhus en se poignardant. Oreste, resté seul, est assailli de visions de spectres et s’effondre dans les bras des Grecs désolés.

    Personnes - 2
  • GRÉTRY, André-Ernest-Modeste (1741-1813)
  • PITRA, Louis-Guillaume (1735-)
  • Œuvre - 1
  • Andromaque (Pitra / Grétry)