Accueil / Documents / Livrets / Toison d'or, La (Philippe Desriaux)

Imprimer le contenu de la page

Toison d'or, La (Philippe Desriaux)

Date

1786

Description

Tragédie lyrique en 3 actes créé à l'Académie royale de musique, le 29 août 1786.

Synopsis

Acte I

Jason a quitté la Grèce à la tête de nombreux guerriers afin de conquérir la Toison d’or. La reine Hipsiphile, son épouse, est partie le rejoindre à Colchos. Elle approche, inquiète, près des murs de la ville. Des chants de réjouissance la rassurent bientôt, annonçant la victoire de Jason sur les taureaux furieux qui terrorisaient la région. Médée paraît ; elle est accompagnée des jeunes filles de sa suite, qui s’empressent autour d’elle et la félicitent de son prochain hymen avec ce héros. À ces mots, Hipsiphile reste d’abord interdite, puis apprend à Médée que Jason lui a déjà donné sa foi. Le désespoir et l’indignation de la magicienne accablent Hipsiphile. Celle-ci se retire et laisse Médée se livrer aux transports réunis de la fureur et de la jalousie. Une marche militaire annonce l’arrivée de Jason. Suivi de ses guerriers, il vient rendre ses hommages. Médée le repousse et l’invite avec ironie à aller sécher les pleurs d’Hipsiphile. Les explications confuses de Jason ne l’apaisent pas : elle le quitte en proférant de terribles menaces. Hipsiphile reparaît et, après de brefs éclaircissements, pardonne au héros qu’elle aime. Ils décident de repartir tous deux pour la Grèce.

Acte II

À travers une sombre forêt apparaît le rivage de la mer, sur laquelle on distingue la flotte des Argonautes prête à appareiller. Calciope, sœur de Médée, la presse d’oublier Jason qui va s’embarquer. Toujours furieuse, la magicienne ne saurait s’y résoudre et invoque contre lui la nuit, les vents et la tempête. Elle est exaucée : le ciel s’obscurcit, le tonnerre gronde ; on entend les cris des matelots accablés par un ouragan dévastateur. Les vaisseaux, embrasés par la foudre, sombrent en entraînant les malheureux. Jason, Hipsiphile et quelques rescapés assistent impuissants au naufrage. À la vue de Médée, le prince éclate en reproches, puis s’adoucit et la presse de l’oublier. Loin d’être disposée à un tel sacrifice, Médée poignarde sa rivale sous les yeux de Jason et des Grecs terrifiés.

Acte III

Les suivantes de la Sybille, laquelle vit dans un antre écarté proche de la forêt où la Toison d’or est suspendue, annoncent de sinistres présages. Elles sont interrompues par Médée. La magicienne entend parfaire sa vengeance en assassinant Jason lui-même ; elle vient consulter la Sybille pour s’assurer de la réussite de son projet. Celle-ci paraît et annonce tous les malheurs et les crimes qui poursuivront l’infortunée. Médée n’en persiste pas moins dans son dessein. Mais, les remords et l’amour la gagnent : lorsqu’elle entend le son des instruments guerriers annonçant de nouveaux combats, elle vole au secours de Jason. Lui et sa suite décimée sont attaqués par des géants sortis de terre. Les pouvoirs de Médée viennent à bout des monstres, qu’elle force à s’entretuer, puis elle assoupit le dragon qui garde la Toison d’or : celle-ci passe aux mains des Grecs sans effort. Pour prix de ses services, Médée demande alors à Jason de partir en l’emmenant avec lui. Mais il la repousse avec mépris, quittant Colchos sans un regard d’adieu. Au paroxysme de la fureur, Médée monte dans son char traîné par des dragons et s’envole à la poursuite de celui à qui elle voue désormais une haine éternelle.

    Personnes - 2
  • DESRIAUX, Philippe (-)
  • VOGEL, Johann Christoph (1756-1788)
  • Œuvre - 1
  • Toison d'or, La (Desriaux / Vogel)