Accueil / Œuvres / Djamileh (Gallet / Bizet)

Imprimer le contenu de la page

Djamileh (Gallet / Bizet)

Date

1872.5.22

Description

Opéra-comique en un acte créé à l'Opéra-Comique de Paris (salle Favart).

Texte

Lors de sa création à l’Opéra-Comique, on a reproché à Djamileh de s’inspirer d’un sujet trop peu théâtral. En l’occurrence, Namouna (1832) d’Alfred de Musset connaîtra pourtant d’autres tentatives d’incarnation scénique réussies, notamment dans le ballet éponyme de Lalo. Bizet travaille à sa partition entre juillet et décembre 1871. Fervent orientaliste, époustouflant coloriste, il étale dans cette miniature tout son savoir-faire et sa maîtrise de l’orchestration. Félix Clément note d’ailleurs – au sujet de l’ouverture – que « la concordance des sons est si singulière, que la musique entendue au temps de Ramsès et de Sésostris ne paraîtrait pas plus extraordinaire à des oreilles modernes » (Dictionnaire des opéras, supplément, 1872). Il ajoute néanmoins : « Le reste m’a paru hérissé de dissonances et de cacophonies harmoniques, en comparaison desquelles les hardiesses de Berlioz n’étaient que jeux d’enfant. » Écoutée avec le recul de l’histoire, la musique n’offre pourtant ni expérimentations terribles, ni rupture stylistique brutale, mais plutôt un discours finement ciselé, parfaitement en accord avec le lieu de l’intrigue (Le Caire, en Égypte) et qui dénote une conscience de la musique la plus moderne de l’époque. Est-ce pour cela que, grand admirateur de l’œuvre, Gustav Mahler l’a dirigée près de vingt fois entre 1898 et 1903 à l’Opéra de Vienne ? Le rôle-titre se voit offrir plusieurs passages valorisant les sonorités capiteuses de la tessiture de mezzo-soprano, sorte d’étude à la Carmen à venir. Une dimension peut demeurer problématique si elle n’est pas travaillée avec conviction : les dialogues parlés qui n’ont jamais été remplacés par des récitatifs chantés et peuvent se révéler la pierre d’achoppement d’artistes non francophones. Cette absence de récitatifs a aussi sans doute joué en défaveur des reprises de la partition à l’étranger. L’ouvrage fut représenté 11 fois entre le 22 mai et le 29 juin 1872, puis repris à l’Opéra-Comique pour 11 représentations échelonnées entre 1938 et 1950.

    Images - 3
  • Page de titre de l'édition italienne du piano chant de Djamileh (Bizet)
  • Page de titre de la réduction de l'ouverture de Djamileh pour piano à quatre mains (Bizet)
  • Page de titre de Djamileh (Gallet / Bizet)
  • Personnes - 2
  • BIZET, Georges (1838-1875)
  • GALLET, Louis (1835-1898)
  • Thèmes - 3
  • Institution – Opéra-Comique de Paris
  • Lieux de musique – Salle Favart
  • Opéra – L’opéra-comique
  • Étude - 1
  • Leteuré, Stéphane – Djamileh de Bizet et La Princesse jaune de Saint-Saëns, compagnes d'infortune
  • Articles de presse -  4
  • La République Française, 24 mai 1872 [Djamileh de Bizet]
  • Le Ménestrel, 16 juin 1872 [La Princesse jaune de Saint-Saëns]
  • Le Messager de Paris, 16 juin 1872 [La Princesse jaune de Saint-Saëns]
  • Le XIXe siècle, 18 juin 1872 [La Princesse jaune de Saint-Saëns]