Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Articles / Dratwicki, Benoît – Les étrangers à l'Académie royale de musique (1774-1789)

Imprimer le contenu de la page

Dratwicki, Benoît – Les étrangers à l'Académie royale de musique (1774-1789)

Date

2013-3

Description

« Pourquoi ne commande-t-on pas un grand opéra à un Français ? Pourquoi faut-il que ce soit à des étrangers ? » (Mozart, lettre à son père, 31 juillet 1778.) À première vue, l’étonnement de Mozart... nous étonne. L’Académie royale de musique, bastion d’une identité nationale prétendument portée à son plus haut degré de perfection, serait-elle ainsi livrée aux mains des étrangers en ces années-là ? Avant l’époque de Louis XVI et de Marie-Antoinette, la scène lyrique française se caractérisait pourtant par l’ultranationalisme qui y régnait : exceptées deux ou trois expériences sans lendemain dans les premières années du xviiie siècle (notamment avec Scylla du compositeur Teobaldo di Gatti), aucun auteur étranger n’y fut joué... ce qui est un comble si l’on se souvient que c’est un Italien, Gianbattista Lulli, qui avait « inventé » l’opéra français en 1673 et avait parallèlement porté l’Académie royale de musique à un niveau de perfection digne de supplanter tous les autres théâtres d’Europe. Encore avait-il pris soin de se couvrir de la nationalité française, de modifier l’orthographe de son nom et d’obtenir de Louis XIV des lettres de noblesse, de manière à ce que « Jean-Baptiste de Lully » puisse régner sur le monde lyrique sans soupçons de déloyauté envers le royaume.

Article issu du livre disque Renaud d'Antonio Sacchini (Palazzetto Bru Zane, collection Opéra français, 2013).

    Personnes - 6
  • GLUCK, Christoph Willibald (1714-1787)
  • PAISIELLO, Giovanni (1740-1816)
  • PICCINNI, Niccolò (1728-1800)
  • SACCHINI, Antonio (1730-1786)
  • SALIERI, Antonio (1750-1825)
  • VOGEL, Johann Christoph (1756-1788)
  • Œuvre - 1
  • Renaud (Le Bœuf / Sacchini)
  • Thème - 1
  • Institution – Opéra de Paris