Accueil / Personnes / AUBERT Louis

Imprimer le contenu de la page

AUBERT, Louis (1877-1968)

Montrant dès son enfance de remarquables dons pour la musique, Louis Aubert chante la partie de soprano solo du Requiem de Fauré lors de la première exécution de l’œuvre en 1888. Il intègre plus tard le Conservatoire de Paris, où il devient l’élève de Marmontel en accompagnement, de Diémer en piano et de Fauré en composition. Ses œuvres comptent un grand nombre de mélodies sur des textes de Fargue, Klingsor, Leconte de Lisle, Prudhomme, Silvestre ou Verlaine. Aubert en orchestre certaines, montrant un talent particulier dans ce domaine, comme en témoigne également sa Habanera, pièce d’orchestre de 1918 qui recueillera beaucoup de succès. Outre quelques partitions pour piano, des musiques de ballet ou descène, Aubert compose l’opéra La Forêt bleue (1913), inspiré d’un conte de Perrault. On note d’abord, dans sa production, l’influence de Fauré, notamment à travers un langage faisant usage d’échelles modales ; dans un second temps, c’est du style de Ravel qu’il se rapproche, comme le prouve son « tableau musical » Dryade (1924), aux motifs volontiers exotiques. C’est enfin le jazz qui marque le compositeur, en particulier dans son ballet Cinéma (1953), dont chaque épisode évoque une star du septième art.Comme pianiste, Aubert fut le créateur des Valses nobles et sentimentales que son ami Ravel lui dédia (1911).