Accueil / Personnes / BARBIER Jules

Imprimer le contenu de la page

BARBIER, Jules (1825.3.8-1901.1.16)

La carrière de Jules Barbier, l’un des plus importants auteurs de livret du XIXe siècle, débute avec la production de l’intermède L'Ombre de Molière à la Comédie-Française (1847). Pendant les années qui suivent, il travaille avec Labiche, Decourcelle et Battu, mais, entre 1849 et 1872, son principal collaborateur est Michel Carré, avec lequel il produit des drames, des comédies, des vaudevilles et des livrets d’opéra. Très prolifique, le duo Barbier-Carré fournit à la scène lyrique française bon nombre de ses œuvres les plus célèbres. Pour Gounod, ils écrivent les livrets du Médecin malgré lui (1858), de Faust (1859), de Philémon et Baucis (1860), de La Reine de Saba (1862) et de Roméo et Juliette (1867) ; pour Meyerbeer, Le Pardon de Ploërmel (1859) ; pour Ambroise Thomas, Psyché (1857), Mignon (1866), Hamlet (1868) et Françoise de Rimini (1882). Après la mort de Carré, Barbier travaille avec Léo Delibes (le ballet Sylvia, 1876) et avec Offenbach (Les Contes d’Hoffmann, 1881). Il traduit des lieder de Schumann et écrit quelques livrets en collaboration avec son fils Pierre, dont Daphnis et Chloé pour Henri Maréchal (1899) et Le Tasse pour Eugène d’Harcourt (1903). Les livrets de Barbier adaptent pour le théâtre musical plusieurs chefs-d’œuvre de la littérature universelle (Corneille, Shakespeare, Goethe). Si les modèles sont nécessairement simplifiés, ils ne sont toutefois pas dénaturés et répondent aux attentes des compositeurs et du public du Second Empire et du début de la Troisième République. Après l’incendie de la deuxième salle Favart, Barbier est nommé directeur par intérim de l’Opéra-Comique (mai-décembre 1887).