Accueil / Personnes / BUSSER Henri

Imprimer le contenu de la page

BUSSER, Henri (1872-1973)

Après avoir débuté ses études à Toulouse avec Aloys Kunc, Busser étudie à Paris à l’école Niedermeyer en 1885, puis au Conservatoire en 1889, avec Franck et Widor en orgue, Guiraud, puis Gounod et Massenet en composition. Il reçoit le second prix de Rome en 1892 et, avec l’appui de Gounod, obtient le poste d’organiste de l’église de Saint-Cloud, qu’il conservera durant trente ans. En 1900, Busser dirige au théâtre du Château d’eau, puis à l’Opéra-Comique où il participe en 1902 aux répétitions de Pelléas et Mélisande de Debussy qu’il dirige à partir de sa troisième représentation. En 1905, il succède à Taffanel à l’Opéra. C’est également Busser qui, durant trois décennies, dirige à l’Institut les cantates des candidats à la villa Médicis et les « envois » de Rome de ses pensionnaires. À partir de 1904, il enseigne au Conservatoire, dans la classe d’ensemble vocal jusqu’en 1929, puis dans celle de composition jusqu’en 1948. Il est élu membre de l’Institut en 1938 au fauteuil de Pierné, prend la direction de l’Opéra-Comique (1939-1941) et plus tard, de la section musicale de la Radio de 1948 à 1952. Ses œuvres pour la scène se situent dans la tradition française de Gounod, Chabrier et Debussy, mais elles sont aussi marquées par Wagner dans leur forme et leur orchestration, notamment Colomba (1921), Les Noces corinthiennes (1922) ou Le Carrosse du Saint-Sacrement (1948). Busser laisse aussi des pièces de musique symphonique, des partitions pour chœur et de la musique de chambre.