Accueil / Personnes / DUROSOIR Lucien

Imprimer le contenu de la page

DUROSOIR, Lucien (1878-1955)

Lucien Durosoir fit une carrière de violoniste avant de se consacrer à la composition. Élève d’André Tracol à Paris, il perfectionna sa technique auprès des grands maîtres allemands Hugo Heermann et Joseph Joachim. Ses tournées de virtuose le menèrent à travers toute l’Europe, où il fit entendre pour la première fois des œuvres de musique française (signées Fauré, Saint-Saëns, Lalo, Widor, Bruneau) ; à l’inverse, il profita de ses tournées en France pour donner, en première audition, de grandes œuvres du répertoire étranger (Concerto de Niels Gade en 1899, Concerto de Richard Strauss, Concerto de Brahms en 1903). Il accomplit la totalité de la Grande Guerre au front et participa aux épisodes les plus meurtriers du conflit (Douaumont, le Chemin des Dames, les Éparges). Lucien Durosoir et André Caplet passèrent ensemble ces années terribles et leur amitié se scella aussi bien dans les tranchées que dans les positions de repli où ils faisaient de la musique. L’idée de composer s’affirme alors de plus en plus fortement dans l’esprit de Durosoir et, dès sa démobilisation, en février 1919, il cherche un refuge dans un coin de France pour s’adonner à la composition. Entre 1920 et 1955, il vécut retiré, loin de Paris et des milieux artistiques ; il se forgea ainsi un style très indépendant des courants dominants, mais pas moins progressiste que celui du Groupe des Six. Lucien Durosoir a laissé une quarantaine d’œuvres inédites, des pièces pour formations très variées, musique symphonique et musique de chambre. À partir de 1950, la maladie l’empêcha de poursuivre son œuvre et il mourut en décembre 1955.