Accueil / Personnes / HALÉVY Fromental

Imprimer le contenu de la page

HALÉVY, Fromental (1799-1862)

D’ascendance juive (son père, Elias Levy, modifia le nom de la famille en 1807), Halévy étudia la composition avec Cherubini, formation couronnée par le prix de Rome en 1819. Après son séjour à la Villa Médicis, il se rendit à Vienne où il fréquenta Beethoven. Il devint professeur d’harmonie et d’accompagnement au Conservatoire de Paris en 1827, de contrepoint et fugue en 1833, de composition en 1840 (parmi ses élèves, on compte Gounod, Bizet – qui épousa sa fille Geneviève –, Lecocq, Saint-Saëns). Parallèlement à ce parcours institutionnel, sa carrière de compositeur fut tout entière tournée vers le théâtre lyrique qu’il aborda dès 1820 avec Les Bohémiennes (perdu). Il obtint son premier succès avec l’opéra-comique Le Dilettante d’Avignon en 1829, année où il fut nommé chef de chant à l’Opéra de Paris (il avait auparavant occupé cette fonction au Théâtre-Italien où fut donné sa Clari). En 1835, La Juive, première œuvre d’Halévy écrite pour l’Opéra de Paris, remporta un triomphe qui ne se renouvela pas, même si l’opéra-comique L’Éclair (1835), les grands opéras La Reine de Chypre (1841) et Charles VI (1843) furent accueillis favorablement. Signalons aussi sa Tempestà en italien (d’après Shakespeare), créée au Her Majesty’s Theatre de Londres en 1850. Halévy contribua à imposer le genre du grand opéra, parvenant à une synthèse des styles français et italien que Wagner admira. Sainte-Beuve loua en lui un musicien « ne négligeant pas la grâce, cherchant et trouvant agréablement ce qu’Auber trouve sans le chercher, mais enclin surtout et habile à exprimer dramatiquement la tendresse et la passion ». 

Prix de Rome de composition musicale : deuxième second prix 1816 (cantate Les Derniers Moments du Tasse de Jouy), second prix 1817 (cantate La Mort d'Adonis de Vinaty), premier premier prix 1819 (cantate Herminie de Vinaty).