Accueil / Personnes / HERVÉ

Imprimer le contenu de la page

HERVÉ (1825-1892)

Louis-Auguste-Florimond Ronger, dit Hervé.

Compositeur, auteur dramatique, acteur, chanteur, metteur en scène et directeur de troupe français, Hervé est généralement considéré comme le père de l’opérette, bien que ce titre soit parfois attribué à son rival, Jacques Offenbach, dont la carrière est parallèle à la sienne. Orphelin de père à dix ans, Florimond Ronger s’installe à Paris où il devient choriste dans la maîtrise de l’église Saint-Roch. Ses dons musicaux lui valent d’être présenté à Auber, alors au sommet de sa popularité, qui lui donne des leçons de composition. Bientôt organiste à Saint-Eustache, il est également figurant et choriste dans différents théâtres de banlieue. Il écrit en 1847 une pochade, Don Quichotte et Sancho Pança, considérée comme la première « opérette ». Chef d’orchestre de l’Odéon puis du Palais-Royal, il inaugure en 1854 une petite salle du boulevard du Temple qu’il baptise Folies-Concertantes puis Folies-Nouvelles et où il présente des opérettes de sa composition mais aussi l’une des premières opérettes d’Offenbach (Oyayaye ou la Reine des îles, 1855). En 1856, des démêlés avec la justice le forcent à se retirer. La salle est cédée en 1859 à la comédienne Virginie Déjazet qui la rebaptise de son nom. Il se produit en province comme chanteur avant de se réinstaller à Paris. Il prend la direction musicale des Délassements-Comiques où il fait jouer une œuvre dont l’excentricité frappe le public, Le Hussard persécuté. Il donne ensuite aux Variétés Le Joueur de flûte, dont le thème préfigure La Belle Hélène,  mais c’est aux Bouffes-Parisiens que sont représentés Les Chevaliers de la Table ronde, sa première grande opérette. Par la suite, il devient le compositeur maison du théâtre des Folies-Dramatiques avec L’Œil crevé (1867), Chilpéric (1868) et Le Petit Faust (1869). À l’aide de ces deux derniers titres, Hervé entame une fructueuse carrière anglaise, interprétant lui-même certains personnages. Les nouvelles pièces qu’il écrit pour Paris connaissent moins de succès. En 1878, il tient le rôle de Jupiter dans une reprise d’Orphée aux enfers, sous la direction d’Offenbach, puis débute le cycle des vaudevilles-opérettes qu’il compose pour Anna Judic, étoile du théâtre des Variétés : La Femme à papa (1879), La Roussotte (1881), Lili (1882) et enfin Mam’zelle Nitouche (1883). Cette dernière œuvre s’inspire de ses débuts, alors qu’il était organiste le jour et compositeur d’opérettes le soir. En 1886, Hervé quitte Paris pour Londres et y compose une série de ballets pour l’Empire Theatre. Il rentre en France en 1892 où il donne un ultime opéra-bouffe, Bacchanale, peu de temps avant sa mort, le 3 novembre 1892.