Accueil / Personnes / OLLONE Max d’

Imprimer le contenu de la page

OLLONE, Max d’ (1875-1959)

Né à Besançon dans une famille aristocratique, Max d’Ollone compose dès son plus jeune âge et suscite l’attention de Gounod, Saint-Saëns et Massenet. Élève de Lavignac, Gédalge et Massenet au Conservatoire de Paris, il obtient le prix de Rome en 1897, avec la cantate Frédégonde. Bien qu’il aborde tous les genres, il se consacre surtout à l’opéra, où l’influence de Wagner et de son maître Massenet s’allie à un style personnel. Enraciné dans la tradition romantique, il rejette les innovations de l’École de Vienne. Il écrit lui-même le livret du Retour, créé à Angers en 1912, repris à Paris en 1919 avec Germaine Lubin dans le rôle principal. Se succèdent ensuite L’Arlequin (1924), l’opéra-comique Georges Dandin ou le Mari confondu (1930), le drame lyrique La Samaritaine (composé en 1930 et créé en 1937). Mais certaines de ses œuvres lyriques restent inédites, comme Jean (1904), ou n’ont connu qu’une création partielle : seulement un tableau de l’Étrangère (1911) et des Amants de Rimini (1915), un acte de la comédie lyrique Les Uns et les autres (1915) ont été représentés. Par ailleurs, Max d’Ollone a déployé une intense activité pédagogique et insisté sur l’importance de l’éducation musicale dans le développement de l’être humain. Directeur des Concerts populaires d’Angers, il enseigne ensuite la composition à l’École normale de musique et au Conservatoire de Paris, dirige le conservatoire de Fontainebleau et l’Opéra-Comique. Ses multiples expériences le conduisent à publier Le Langage musical (1952) et Le Théâtre lyrique et le Public (1955).

    Œuvres - 4
  • Andante et Scherzo pour trois violoncelles (Max d’Ollone)
  • Arlequin, L' (Sarment / d'Ollone)
  • Frédégonde (Morel / d'Ollone)
  • Quatuor à cordes en ré majeur (Max d’Ollone)
  • Thème - 1
  • Prix de Rome – concours de composition musicale
  • Colloque - 1
  • Henri Rabaud et son temps (2013)
  • Études - 2
  • Dratwicki, Alexandre – De Daphné à Frédégonde : tous les chemins ne mènent pas à Rome...
  • Ollone, Patrice d' – Tous les chemins partent de Rome...
  • Livret - 1
  • Arlequin, L' [mise en scène de Pierre Chéreau]
  • Articles de presse -  6
  • Le Ménestrel, 1er juillet 1894 [prix de Rome]
  • Le Ménestrel, 8 juillet 1894 [prix de Rome]
  • Le Ménestrel, 30 juin 1895 [prix de Rome]
  • Le Ménestrel, 31 octobre 1897 [séance publique de l’Institut]
  • Le Ménestrel, 4 juillet 1897 [prix de Rome]
  • Le Ménestrel, 7 novembre 1897 [séance publique de l’Institut]
  • Documents - 3
  • Massenet, Jules – Lettres à Max d'Ollone (1893-1899)
  • Ollone, Max d' – Impressions romaines (1932)
  • Rapports de l’Académie des beaux-arts sur les envois de Rome de musique (1812-1910)