Accueil / Personnes / SACCHINI Antonio

Imprimer le contenu de la page

SACCHINI, Antonio (1730-1786)

Né à Florence, Sacchini étudie à Naples avec Francesco Durante. Après quelques ouvrages bouffes, il débute au San Carlo avec Andromaca (1761), son premier opera seria. Mais c’est le triomphe d’Olimpiade, créé à Padoue en 1763, qui attire sur lui les regards de l’Italie entière. Jusqu’au début des années 1770, il compose pour divers théâtres, s’illustrant tant dans le registre sérieux que dans celui de la comédie. En 1768, il s’installe à Venise pour diriger le Conservatoire dell’Ospedaletto et enseigner le chant (il forme Nancy Storace, future créatrice du rôle de Susanna dans Les Noces de Figaro de Mozart). Sa réputation franchit les frontières puisqu’en 1770 il est appelé à Munich (Scipione in Cartagena, L’eroe cinese) et Ludwigsburg (Calliroe). En 1772 débute sa décennie londonienne, qui voit la composition de dix opéras pour le King’s Theatre, essentiellement seria. Le premier, Il Cid, adapte la pièce de Corneille qui lui avait déjà inspiré Il Cidde en 1769, et à laquelle Sacchini reviendra une troisième fois en 1783. Après Mitridate (1781), menacé d’emprisonnement à cause de ses dettes et blâmé pour ses mœurs relâchées, il se rend à Paris. Il écrit trois tragédies lyriques pour l’Académie royale de musique : Renaud (1783), Chimène (1783), Dardanus (1784). Mais de sombres intrigues le brouillent avec Piccinni et entravent sa carrière, en dépit du soutien de Marie-Antoinette. Œdipe à Colone créé en janvier 1786, n’obtient du succès qu’à sa reprise posthume, un an après. Le dernier opéra de Sacchini, Arvire et Évelina, laissé inachevé, est complété par Jean-Baptiste Rey.