Accueil / Personnes / SPONTINI Gaspare

Imprimer le contenu de la page

SPONTINI, Gaspare (1774-1851)

Né en Italie, issu d’une famille modeste qui le destinait à la carrière ecclésiastique, Spontini fit ses études au conservatoire de Naples. D’un caractère difficile, il s’y montre mauvais élève, et quitte l’établissement avant l’achèvement de sa formation, ce dont ses premiers essais souffrirent, au-delà d’un indéniable tempérament artistique. Attiré par l’effervescence régnant à Paris, il s’y installe en 1803, et obtient rapidement la commande de plusieurs opéras-comiques, La Petite Maison et Milton (1804), puis Julie ou Le Pot de fleurs (1805). Protégé de l’impératrice, il en devient en 1805 le compositeur attitré. Mais, homme de théâtre, il ambitionne surtout de se mesurer à la tragédie lyrique. Dans ses trois chefs-d’œuvre que sont La Vestale (1807), Fernand Cortez ou La Conquête du Mexique (1809) et Olympie (1819), il parvient à revivifier le langage de Gluck par différents apports de la musique révolutionnaire. À ce titre, il peut être regardé comme l’initiateur du grand opéra romantique. Fort de sa notoriété, il ne produisit toutefois que peu d’ouvrages en France, parmi lesquels Pélage ou Le Roi de la Paix (1814) et Les Dieux rivaux (1816). S’ajoutent à ce corpus plusieurs pièces vocales, quelques œuvres sacrées et de nombreux écrits. Face à l’accueil hostile réservé à Olympie, et malgré une naturalisation en 1817, il quitte Paris en 1820 pour s’installer à Berlin, où il compose ses quatre derniers opéras, dont Lalla Rookh (1821) et Agnes von Hohenstaufen (1829). Après un ultime séjour en France, entre 1842 et 1847, il s’éteint dans son village natal de Maiolati.