Accueil / Personnes / WIDERKEHR Jacques

Imprimer le contenu de la page

WIDERKEHR, Jacques (1759-1823)

Né à Strasbourg, Widerkehr a été, selon certaines sources, l’élève de Franz Xaver Richter. Il a plus vraisemblablement suivi l’enseignement de Dumouchau à Strasbourg pour le violoncelle avant d’arriver à Paris en 1783. Il participe alors ponctuellement aux prestations de la Loge olympique et du Concert spirituel sans pour autant faire partie des musiciens permanents de leurs orchestres ; ses activités principales, jusqu’à la Révolution, semblent ainsi avoir été l’enseignement musical et la composition. C’est la vogue des symphonies concertantes qui permet à Widerkehr de connaître la célébrité : sous la Révolution et le Consulat, son nom – rarement orthographié convenablement – apparaît fréquemment sur les programmes aux côtés de ceux de Devienne, Eler ou Gebauer. Les parties solistes de la douzaine de symphonies concertantes dont il est l’auteur sont d’abord écrites pour instruments à vent (clarinette, flûte, hautbois, basson ou cor) et étaient destinées aux premiers musiciens de Paris. Les partitions qui nous sont parvenues témoignent d’une écriture soignée, mélodieuse et légère que les journaux de l’époque avaient à cœur de défendre : « Son style est grand, toujours clair ; les effets d’harmonie en sont savamment combinés » (Courrier des spectacles, 24 janvier 1800). On lui doit également deux symphonies à grand orchestre, plusieurs pièces de musique de chambre (sonates et nocturnes pour pianoforte, duos concertants, quatuors et quintettes à cordes, trios à vent) et des œuvres vocales allant de la romance aux airs révolutionnaires (un Chant de guerre et une Ode sur l’enfance)