Accueil / Thèmes / Concert – Les sociétés de concert au XIXe siècle

Imprimer le contenu de la page

Concert – Les sociétés de concert au XIXe siècle

Le romantisme vit s’épanouir une pratique sociale qui n’était qu’en germe au siècle précédent : celle du concert public, initiée dès la période révolutionnaire par certaines sociétés philanthropiques et plusieurs théâtres et musées de la capitale ou des provinces. La Société des concerts du Conservatoire initia, en 1828, l’habitude pour les familles de toute origine sociale d’aller « au concert » durant son repos dominical. À partir des années 1860, les concerts Colonne, Lamoureux et Pasdeloup rassemblèrent plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, pour lesquels on instaura le « programme éclectique », assemblage composite de pièces variées, dans le souci d’émouvoir et de subjuguer sans jamais lasser. L’ouverture et l’air d’opéra rappellent les succès lyriques passés ou contemporains (parfois avec un souci d’historicisme qui permet de redécouvrir Lully et Rameau dès les années 1840), tandis que le poème symphonique sollicite l’imagination par son « programme » narratif et que le concerto de virtuosité permet au soliste d’éblouir par un héroïsme spectaculaire.