Accueil / Thèmes / Courant – L’École franckiste

Imprimer le contenu de la page

Courant – L’École franckiste

Parallèlement à l’activité de Saint-Saëns, Fauré ou Debussy, l’« école franckiste » occupa une place prépondérante dans la sphère musicale francophone. Elle réunissait les anciens élèves de César Franck au Conservatoire, entre 1872 et sa mort en 1880 : Bréville, Chausson, Duparc, d’Indy, Lazzari, Lekeu, Ropartz, Tournemire, Vierne, pour citer les principaux d’entre eux. Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, ils explorèrent en particulier la voie d’une musique instrumentale exigeante, devenant les acteurs du renouveau de la musique de concert en France (la Société nationale de musique en fut le lieu emblématique). S’inspirant de la Symphonie ou de la Sonate pour violon de leur maître, les franckistes – tous essentiellement wagnériens – bâtirent des architectures solides, usèrent d’une harmonie riche et volontiers chromatique, firent usage du procédé « cyclique » consistant au retour périodique d’un thème. Avec un zèle qui confina au dogmatisme, d’Indy prêcha la « bonne parole », notamment en fondant la Schola cantorum, dont les étudiants héritèrent indirectement de l’esprit de Franck.

    Image - 1
  • Couverture illustrée d'Accords perdus (L'Ouvreuse du cirque d'été)
  • Œuvres - 15
  • Prélude, Choral et Fugue (César Franck)
  • Six Pièces : Fantaisie op. 16 (César Franck)
  • Six Pièces : Final op. 21 (César Franck)
  • Six Pièces : Grande Pièce symphonique op. 17 (César Franck)
  • Six Pièces : Pastorale op. 19 (César Franck)
  • Six Pièces : Prélude, fugue et variations op. 18 (César Franck)
  • Afficher la suite ...
    Personnes - 2
  • CRAS, Jean (1879-1932)
  • DUBOIS, Théodore (1837-1924)
  • Colloque - 1
  • Henri Rabaud et son temps (2013)