Accueil / Thèmes / Courant – Symbolisme et impressionnisme

Imprimer le contenu de la page

Courant – Symbolisme et impressionnisme

Même s’il s’agit de deux courants distincts, le symbolisme et l’impressionisme se superposent en partie : ces deux esthétiques reposent sur la suggestion (plutôt que la description), le mystère et l’onirisme. Le symbolisme, dans le dernier quart du XIXe siècle, radicalise certains aspects du romantisme allemand, en réaction au naturalisme. Il instaure une vision spirituelle du monde au moyen d’une expression volontiers obscure et allégorique. Wagner est son précurseur, qui marque profondément Baudelaire puis les poètes belges, Maeterlinck en particulier. Nombre de compositeurs sont influencés à leur tour : Schoenberg, Bartók, Fauré, Dukas et, surtout, Debussy ont eu leur période symboliste. L’impressionisme, qui s’étend de 1890 environ à 1914, est d’une certaine manière l’exacerbation de certains traits du symbolisme : la discontinuité apparente, en particulier, est devenue fragmentation du discours, diffraction de la matière, primat de la couleur sur la ligne. Turner, Poe et Baudelaire sont à l'initiative de ce mouvement. En musique, le Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy peut être considéré comme symboliste d’inspiration, mais déjà impressionniste de facture. Les autres représentants de l’impressionisme musical seront Ravel, Szymanowski ou Delius.