Accueil / Thèmes / Instruments à vent – Le saxophone de 1842 au début du XXe siècle

Imprimer le contenu de la page

Instruments à vent – Le saxophone de 1842 au début du XXe siècle

Le facteur d’instruments Adolphe Sax n’imaginait probablement pas le succès auquel le saxophone, l’une de ses innombrables inventions, était appelé. Mis au point en 1842 et breveté en 1846, cet instrument doté (comme la clarinette) d’une anche simple, de 19 à 22 clefs et d’un large tube, exista en quatorze versions. La moitié subsiste aujourd’hui, notamment les soprano, alto, ténor et baryton. Le saxophone suscite d’emblée l’intérêt de Berlioz et Kastner, compositeurs et théoriciens de l’orchestre. Il restera pourtant marginal dans l’orchestre symphonique, bien qu’il appartienne dès 1854 aux harmonies militaires et malgré son emploi par Halévy dans Le Juif errant (1852), Meyerbeer dans L’Africaine (1865) ou Bizet dans L’Arlésienne (1872). L’action de l’Américaine Elise Hall sera déterminante : à partir de 1900, cette saxophoniste et mécène impose l’instrument aux États-Unis, commandant notamment des partitions à Debussy, Caplet, Schmitt, d’Indy, Gaubert et Huré. Avec Coleman Hawkins, le saxophone devient, à partir des années 1920, l’instrument de jazz que l’on connaît.