Accueil / Thèmes / Musique de chambre – Le quintette à vent au XIXe siècle

Imprimer le contenu de la page

Musique de chambre – Le quintette à vent au XIXe siècle

Flûte, hautbois, clarinette, basson et cor : le quintette à vent naquit à l’orée du romantisme, les musiciens du XVIIIe siècle préférant les ensembles sans flûte. L’évolution de la facture instrumentale et de l’enseignement contribua à l’essor de cette formation, dont Onslow (pourtant davantage tourné vers les cordes) exploita la riche palette dans l’une de ses dernières œuvres (1850). Elle séduisit tout naturellement Taffanel, l’un des plus grands flûtistes de son temps, auteur en 1876 d’une partition à la fois brillante et raffinée. Quelques décennies plus tard, les Trois Pièces brèves d’Ibert (1930) prouvent que le quintette à vent s’est imposé comme l’un des principaux effectifs de chambre et qu’il dispose de ressources sonores inépuisables.