Accueil / Thèmes / Piano – La « pièce de genre » pianistique

Imprimer le contenu de la page

Piano – La « pièce de genre » pianistique

La « pièce de genre » éclot à l’époque romantique sous l’influence de l’esprit rhapsodique qui définit le XIXesiècle tout entier : l’esprit semble libéré des contraintes formelles et s’épanouit selon l’inspiration du moment. Mais les périodes antérieures prônaient déjà cette créativité à travers l’art de l’improvisation. Les préludes romantiques (Chopin, Kalkbrenner, Hummel…) poursuivent cette veine baroque, ravivée par des harmonies sulfureuses et souvent surprenantes. Simultanément, les « pianistes-poètes » que furent Chopin, Heller ou – en Allemagne – Mendelssohn, Schumann et Brahms inventent le « nocturne », l’« intermezzo », la « rhapsodie »… Même l’« étude » pianistique, genre pédagogique qu’on croirait si peu propice à l’épanchement de l’âme, se charge d’un nouveau pathos. Car, aux côtés de Cramer ou Czerny, Hélène de Montgeroult, Chopin, Liszt, Chaminade et Saint-Saëns lui confèrent un nouveau pouvoir d’expression. Certains esprits révolutionnaires, comme Alkan, n’hésiteront pas à lui donner une dimension temporelle spectaculaire (de vingt à trente minutes).