Accueil / Thèmes / Salons – Dans les salons de Napoléon

Imprimer le contenu de la page

Salons – Dans les salons de Napoléon

Sous l’Empire, les grands salons parisiens poursuivent leur activité dans le domaine musical, inaugurée sous le Directoire et le Consulat : ainsi Ingres accueille des séances de quatuor chaque vendredi au jardin des Capucines, et Sophie Gail reçoit les chanteurs de la capitale à la mode. Le plus brillant de ces salons est sans conteste celui du prince de Chimay, situé rue de Babylone, qui réunit un orchestre formé des virtuoses parisiens les plus en vue, parmi lesquels les violonistes Kreutzer, Rode et Baillot, qui font parfois jouer leurs propres œuvres. L’Empereur organise quant à lui des concerts privés aux Tuileries, notamment à l’occasion de sa fête, le 15 août. Alors que dans ces séances, la préférence est plutôt donnée à la musique vocale, l’impératrice Joséphine organise à la Malmaison des concerts hebdomadaires dédiés à la musique de chambre, qui réunissent les plus grands artistes de Paris autour de la harpe des frères Nadermann et du cor de Frédéric Duvernoy. Pendant ce temps, dans les demeures de la grande bourgeoisie, nombreux sont les amateurs, hommes ou femmes, à s’adonner à la pratique du pianoforte.