BRU ZANE MEDIABASE
Ressources numériques autour de la musique romantique française

POULENC, Francis (1899-1963)

Né à Paris et issu d’une famille d’industriels prospères, Francis Poulenc s’initie au piano auprès du virtuose Ricardo Vinès. Bien que sa formation de compositeur soit plus sommaire (il ne reçoit que quelques cours particuliers de Charles Kœchlin) il se consacre très vite à l’écriture et connaît ses premiers succès aux lendemains de la Première Guerre mondiale avec les Trois Mouvements perpétuels pour piano (1918) et Le Bestiaire pour voix et piano (1919). Son esthétique élégante et spirituelle, fortement influencée par la musique de Satie, le place au cœur d’une avant-garde musicale parisienne opposée tout autant au wagnérisme qu’au romantisme : le « Groupe des six » (avec Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud et Germaine Tailleferre). Durant l’entre-deux guerres il compose un grand nombre de mélodies (notamment le cycle Cocardes sur des textes de Cocteau) tout en explorant différents genres : le ballet Les Biches, la cantate Le Bal masqué et quatre concertos notamment pour piano, deux pianos et clavecin. Des sentiments religieux et humanistes orientent ses sujets d’inspirations après 1935. Les Litanies à la Vierge noire (1936), les Quatre Motets pour un temps de pénitence (1938) ou encore Figure humaine (sur des poèmes de Paul Éluard, 1943) définissent ainsi une esthétique nouvelle du chœur a cappella : une musique hors du temps, entre polyphonie du XVIe siècle et modernité. Les opéras Dialogue des Carmélites (Bernanos, 1956) et La Voix humaine (Cocteau, 1958) parviennent à imposer définitivement Poulenc comme un compositeur clé du XXesiècle français.

    Image - 1
  • Francis Poulenc
  • Œuvres - 2
  • Concerto pour deux pianos et orchestre (Francis Poulenc)
  • Concerto pour piano et orchestre (Francis Poulenc)
  • Thème - 1
  • Genre – La mélodie française